« Régates en Baie de Morlaix », l’expo du Musée de Morlaix

Dans le cadre des fêtes maritimes de l’été 2011 en Baie de Morlaix, le Musée de Morlaix et la Ville de Morlaix souhaitent évoquer la régate à travers deux expositions.

Le Naufrage de Charles Lapique

« Le Naufrage » de Charles Lapicque, tableau de la collection du musée , sera la présentation d’un ensemble d’œuvres de ce peintre inspirées de la régate et de sa passion pour la navigation de plaisance.
Le grand marin qu’est Charles Lapicque –également promu peintre officiel de la Marine en 1948 – navigue sur différents bateaux dont un Cormoran de Carantec, Le Flying fox, acquis en 1949, avec lequel il participe pendant de nombreuses années aux régates de la Baie de Paimpol.

Les skippers de la Baie de Morlaix

L’évocation des bateaux du peintre par la photographie conduira a une deuxième exposition consacrée aux skippers de la Baie de Morlaix.
Ceux qui dès la fin du 19e siècle, furent recrutés pour leur forte expérience et leur dextérité en mer, par les riches propriétaires de Yachts, grands capitaines d’industrie ou de la finance (Rothschild, Peugeot, Menier…). Pêcheurs régatiers du Dourduff (Féat, Beuzit, Abraham…) qui faisaient la course pour mieux vendre le produit de leur pêche ; professionnels à plein temps après 1945, comme Armand Léon de Carantec ou Jean Bohic de Locquénolé, tous deux fils de goémoniers de la Baie ; enfin, ceux du 21e siècle (Troussel, Le Cleac’h, Beyou…) qui se distinguent sur des engins de courses sponsorisés par de grandes entreprises.

Des talents recherchés

« Un marin de la Baie de Morlaix ou rien », déclare le patron de l’Eugénia V quand il recrute Jean Bohic pour remplacer son capitaine Pierre Bernard de Locquénolé, qui part en retraite.
« En France, l’histoire des marins de yachts professionnels est restée largement ignorée. Pourtant à l’instar des marins de l’Essex, certaines communautés de pêcheurs bretons se sont jadis illustrées dans la conduite, en course ou en croisière, des bateaux de plaisance, souvent les plus connus de leur époque. Ce fut le cas des habitants de quelques villages de la Baie de Morlaix, regroupés autour du petit port du Dourduff-en-Mer – commune de Plouézoc’h – entre 1880 et 1940. » (Les pêcheurs régatiers du Dourduff, Nicolas Guichet / Ar Vag –chasse-Marée n° 143 juin 2001).
Dans son ouvrage La grande époque du yachting (éditions du Chêne, 2009) Jean-Marie Barrault retrace l’épopée de la course en mer à travers le monde, « le yachting est la plus brillante expression d’un art de vivre qui sera à jamais égalé », choisit aussi l’étonnante histoire des marins du Dourduff pour illustrer l’exemple français.
La tradition se poursuit après-guerre, la Baie de Morlaix demeure un vivier exceptionnel de marins qui sillonnent toutes les mers et barrent les plus beaux et les plus puissants voiliers.

Pratique

Jusqu’au 31 octobre aux Jacobins, Musée de Morlaix
www.musee.ville.morlaix.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s