Les légendes de Locquirec…

Lexobie, Notre-Dame des Joies, Saint-Melar et le Marquis du Guerrand… ils ne vous sont pas encore familiers ? Ils vont le devenir, voici leurs légendes…

Locquirec et la cité de Lexobie

Dans le Trégor, une légende réveille les imaginations…
Il a été retrouvé à Locquirec des pièces de monnaie anciennes dont une à l’effigie de l’empereur Adrien, avec l’inscription « Lexoviensis Civitas » : il s’agit de l’antique et merveilleuse cité de Lexobie. Elle serait enfouie dans la Baie de Locquirec entre le Yaudet et Saint Efflam. Cette cité magnifique aux 30 églises fut engloutie par un impressionnant raz de marée.


On affirme que le site du grand rocher en serait une porte : la nuit de la Saint Jean, au premier coup de minuit chacun peut y descendre par un escalier situé au fond d’une grotte. Mais, malheur à celui qui n’a pas été assez rapide pour enlever avec lui tout l’or et les trésors dont il s’est chargé, car la porte se referme au dernier son de la cloche, il reste alors à jamais enseveli dans les entrailles de la terre.
Un vieux proverbe raconte que lorsque Lexobie ressurgira des eaux, se sera au tour de Lanmeur d’être engloutie.
On dit aussi que Lexobie remonterai sur l’eau une fois par an à Noël, mais rares sont ceux qui l’ont vue et plus rares encore ceux qui ont franchi son enceinte.

Guimaëc et la chapelle Notre Dame des Joies


Le fils cadet du seigneur de Trémedern chevauchant sur les terres de son père, vit venir au loin devant un chevalier armé. Ne pouvant se croiser de front, et l’un et l’autre refusant de reculer, ils convinrent d’un combat singulier. Le fils cadet reconnu alors son frère qui revenait de croisades. En souvenir de leur retrouvailles, ils décidèrent de faire bâtir une chapelle à cet emplacement.

Lanmeur et la crypte de saint Melar

Jeune prince de Cornouaille, Melar hérite à l’âge de 7 ans d’un grand patrimoine. Rivod, son oncle, obtint de gérer ses biens, mais avide de pouvoir, il voulait plus. Il projeta d’assassiner son neveu, puis imagina un plan plus odieux encore : s’il faisait couper une main et un pied à Melar, il l’empêcherait de régner. Ainsi fût-il fait.
Après cette cruelle mutilation, on fit adapter à Melar une main d’argent et un pied d’airain. Un prodige se produisit alors : ses membres artificiels grandirent avec lui. L’incapacité physique n’existant plus, Melar se trouva alors en mesure de régner. Son oncle eut vent de l’affaire et convainquit son éducateur, Kerialtan, de l’assassiner en échange de terres. L’épouse de celui-ci, voyant toute l’horreur du geste, enmène Mélar par delà les montagnes d’Arrée, au château de Beuzit, près de l’actuel Lanmeur. Kerialtan se mit en quête de découvrir la retraite de Mélar, et par feinte et ruse à la faveur de la nuit, trancha la tête de Mélar. Le crime perpétré, le corps fut transporté sur une charrette. Les chevaux firent une embardée, et la tête roula par terre. C’est à cet endroit que fut bâtie la crypte pour y recevoir son corps.

Plouégat-Guerrand et le marquis du Guerrand

Il était une sorte de Don Juan impérieux, débauché, sanguinaire, faisant l’amour l’épée au poing et la menace à la bouche. Sa rencontre était redoutée, telle une bête sauvage.

Il habitait le château du Guerrand. Il aimait par dessus tout rôder dehors, battre le pays, le consterner par ses violences… Quand il sortait, sa mère sonnait la cloche du château. À ce signal d’alarme, les jolies paysannes abandonnaient les champs pour s’enfermer à la maison, les commerçants rentraient leurs marchandises, les voyageurs hâtaient le pas… C’était une angoisse, une frayeur universelle. Un jour par jalousie, il tua un homme, puis quitta le village ; pour y revenir 20 ans plus tard.
Miraculeusement les dures expériences de la vie l’avaient assagi et transformé. Son château devenu un hôpital, le rendez-vous des miséreux assurés d’avance du plus charitable accueil. La mort du repentant marquis fut celle d’un juste homme. Il dicta un interminable testament où il s’efforçait d’indemniser ses victimes afin de pardonner sa jeunesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s