Une réserve ornithologique au coeur de la Baie de Morlaix

La péninsule de Carantec regorge de richesses que l’on ne soupçonne pas au premier abord ! Levez les yeux et observez… vous découvrirez au-dessus de vos têtes un des lieux de villégiature privilégiés des oiseaux marins : le ciel de la Baie de Morlaix !

La réserve ornithologique

La Baie de Morlaix est le troisième site d’importance régionale pour la reproduction des oiseaux marins et un site d’hivernage d’intérêt international. On y compte pas moins de 60 000 spécimens(de 60 espèces différentes) vivant sur les sept îlots qui constituent la réserve. La richesse et la variété des fonds marins expliquent cette valeur ornithologique.

La réserve fut créée en 1962 par la SEPNB (Société pour l’Etude et la Protection de la Nature en Bretagne) qui, depuis 1998, se nomme Bretagne Vivante-SEPNB. Elle avait alors pour but de sauvegarder de nombreuses espèces qui étaient victimes de persécutions et de dérangements incessants. Elle se composait de trois îlots : Ricard, Beclem, et l’Ile aux Dames, auxquels ont été ajoutés en 1976 quatre autres îlots : Arc’hlaz, Arc’hlazkoz, Vezoul, et l’île de Sable.

Le promeneur néophyte pourra y observer en nombre goélands (10 000), mouettes rieuses (25 000), bécasseaux variables (15 000),huîtriers pie (1 700) ou encore bernaches cravant (1 500).

Ce qui attirera l’ornithologue aguerri en Baie de Morlaix, ce sont ses colonies de sternes : la sterne Caugek et la sterne Pierregarin, mais également la fameuse sterne de Dougall. Il s’agit de l’un des oiseaux les plus rares et les plus menacés d’Europe. Passant l’hiver en Afrique de l’Ouest, elle regagne nos côtes pour s’y reproduire entre avril et septembre. Et c’est sur l’île aux Dames que l’unique colonie française a élu domicile !

Vous pourrez également y observer une importante colonie de grands cormorans, cormorans huppés et d’aigrettes garzette. Mais la Baie de Morlaix est aussi un lieu de prédilection pour quelques emblématiques macareux à l’énorme bec coloré et un lieu de passage pour les phoques gris et certains cétacés (grand dauphin, dauphin de Risso, dauphin commun, globicéphale).

Quatre conseils pour observer et voler de ses propres ailes !

Ca y est, vous vous êtes décidé ! Vous souhaitez vous aussi observer et apprendre à reconnaître ces multiples espèces qui font la richesse de nos côtes. Pour cela, armez-vous de vos jumelles et de votre patience ! Voici quelques conseils de base :

Bien choisir son lieu d’observation 
Le sentier des douaniers offre de nombreux points de vue sur la baie. À Carantec, les points de vue les plus appropriés sont la Passe aux Moutons près de l’île Callot, la Chaise du Curé, le Kelenn, la pointe du Cosmeur et de Pen al Lann, le Clouët et le Frout.

Bien choisir son moment
Il est possible d’observer les oiseaux toute l’année. Avril et mai sont toutefois les deux mois les plus propices à l’observation des oiseaux migrateurs. De novembre à février, ce sont plutôt les hivernants que l’on rencontre.
Il y a aussi des heures plus favorables que d’autres pour les contempler : avant 10h du matin ou 2 à 4 heures avant le coucher du soleil.

Bien s’équiper
Pour les sorties sur le terrain, il faut se munir :

  • d’une paire de jumelles. De bonnes jumelles doivent être de puissance moyenne (x8 ou x10), lumineuses, à champs large, antichoc, légères, étanches à la pluie et de couleur discrète.
  • d’un carnet d’observation
  • d’un guide d’identification des oiseaux

Affûter votre technique d’observation
Pour identifier un oiseau, de nombreux éléments doivent être pris en compte : quelle est sa taille, sa silhouette, de quelle forme est son bec, de quelles couleurs est son plumage, comment vole-t-il, dans quel habitat se situe-t-il, quelle est sa voix ? Autant de questions qui vous permettront de donner un nom à votre drôle d’oiseau !

Quelques règles de bonne conduite pour ne pas y laisser des plumes !

Il existe en effet des règles de bonne conduite à tenir sur le terrain, afin d’éviter de déranger, de perturber les oiseaux et leurs milieux. C’est à cette condition que ces oiseaux continueront à égayer nos rivages bretons !

  • Quittez le site d’observation avec autant de précaution qu’à votre arrivée
  • Préservez la propreté et le silence
  • Prenez soin de la végétation environnante
  • Observez les nids à bonne distance
  • Ne pas toucher ni même photographier un nid.
  • S’interdire la visite des colonies et éviter désordre et affolement parmi les poussins
  • En bateau ou en kayak, il est interdit d’accéder aux îlots de la réserve du 1er février au 31 août avec pour certains, une approche interdite à moins de 80 mètres (des bouées jaunes délimitent la zone)

Plus d’informations

Des animations ornithologiques sont assurées durant l’été par l’association « Bretagne Vivante », avec pour point d’observation, le Château du Taureau au cœur de la Baie de Morlaix.

Bretagne Vivante SEPNB
186 rue Anatole France, BP 32
29276 Brest Cedex
Tel : 02 98 49 07 18
www.bretagne-vivante.org

Antenne de Morlaix
10 rue de Brest
29600 Morlaix
morlaix@bretagne-vivante.org

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Une réserve ornithologique au coeur de la Baie de Morlaix »

  1. Ping : Une réserve ornithologique au coeur de la Baie de Morlaix | bretagne | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s