Dernier bain de l’année : le rendez-vous des « givrés » fait sensation !

Ils l’ont fait ! Une centaine de courageux se sont élancés dans l’eau fraîche de la plage du Kelenn, à Carantec, pour le dernier bain de l’année. Lire la suite

Publicités

J’ai testé pour vous… la marche aquatique à Carantec !

Mais que se trame-t-il à Carantec ? C’est la question que se posent mouettes et goélands qui observent depuis quelques mois un drôle de cortège matinal le long de la plage du Kelenn : la marche aquatique est arrivée en baie de Morlaix ! En quoi consiste cette nouvelle activité qui fait fureur sur nos littoraux ? Comment la pratique-t-on et quels en sont les bienfaits ? Un pincement de curiosité, une envie de nouveauté et un brin de conscience professionnelle (hé oui, il faut donner de sa personne pour devenir expert de la destination !), voilà ce qui m’a amenée à tester pour vous ce nouveau sport aquatique ! Lire la suite

Faites le plein d’activités pendant les vacances d’hiver !

Pour ceux qui fuient les pistes de ski bondées, voici les activités possibles pendant les vacances d’hiver à Morlaix, Carantec, Plougasnou et Locquirec. Tout ce qu’il faut pour occuper vos bambins pendant deux semaines !! Les Offices de tourisme sont experts en la matière et vous proposent une foule d’activités ouvertes pendant les vacances : en pleine nature ou à l’abri, il y en a pour tous les goûts ! Lire la suite

Vendée Globe 2012 : les skippers de la baie de Morlaix sont dans la course !

Dernières news

Le 20 novembre, Jérémie Beyou est contraint d’abandonner la course. Victime d’une quille défectueuse, le navigateur carantécois arrête sa course au Cap Vert. C’est la deuxième fois que ça lui arrive : le Vendée Globe est parfois cruel.
Souhaitons bonne chance à Armel Le Cléach’, en tête de la course à cette heure ! Lire la suite

Bienvenue en Baie de Morlaix, moteur !

C’est l’histoire d’un film, d’un clip, d’une pastille enfin d’un tournage qui parle de la Baie de Morlaix… mais pas que !

Sollicitée par Finistère Tourisme, la Maison du tourisme Baie de Morlaix Monts d’Arrée se lance dans l’aventure de la production d’un film réalisé par Tébéo (la chaine locale qui monte).  Lire la suite

Randonnée sur le sentier des douaniers, entre Locquirec et Guimaëc

S’il est un chemin à ne pas manquer en Bretagne, c’est bien celui-ci : le sentier des douaniers. La portion qui nous intéresse aujourd’hui court de Locquirec à Guimaëc : une balade de deux heures qui vous conduira du Moulin de la Rive jusqu’à la pointe de Beg an Fry.

Un littoral découpé

La côte est découpée, mais est accessible pour une promenade en famille… à condition d’être équipé de bonnes chaussures !

Vous pourrez admirer des paysages sans cesse renouvelés et des couleurs qui varient en fonction du temps et des marées : de la prairie au sous-bois, en passant par la plage… Les amateurs de photographies se feront un plaisir de prendre des clichés de vues à vous couper le souffle !!

En route…

Départ de la plage du Moulin de la Rive à l’entrée de Locquirec (parking avec une balise maritime noire et jaune, sur lequel vous pouvez stationner).

Là commence le célèbre GR 34 !! Le sentier serpente en contrebas de la falaise abrupte et offre des vues magnifiques sur le large et la nature sauvage. Arrêtez-vous un instant à la table d’orientation qui surplombe la Baie, et admirez la beauté du paysage !

Reprenez votre route dans l’agréable parfum des ajoncs et des bruyères. Vous arrivez à la plage de Poul Rodou, à l’extrêmité de Locquirec…
Après ce grand bol d’air, vous pourrez vous reposer dans un endroit atypique, et prendre un verre tout en parcourant quelques pages d’un ouvrage présenté au café librairie « Le Caplan » (littérature, sciences humaines, jeunesse, botanique, polar, poésie…).

Continuez le sentier pour 1h15 de marche vers la pointe de Beg an Fry. La campagne est belle, les côtes majestueuses… Vous arrivez à la jolie plage de Venizella.

En remontant un petit peu, vous voyez une stèle, vous êtes sur un des hauts lieux de la résistance de la Seconde Guerre Mondiale. Allez jusqu’à la célèbre pointe de Beg an Fry, la vue est d’une beauté saisissante !!

Remontez vers le Prajou et découvrez dans la vallée le petit moulin à eau de Trobodec. Et là, vous aurez la chance d’apercevoir une famille d’Highlands Cattle, ce sont de très gentilles vaches à poils longs venues d’Ecosse.
Et pour finir votre promenade, un peu plus haut, profitez-en pour visiter le Musée rural du Trégor : c’est une vraie caverne d’Ali baba garnie de vieux outils qui retracent plusieurs siècles d’histoire du travail de la terre.

La Voie Verte 7 : sillonnez le Finistère à vélo

Quelques précisions pour ne pas se perdre en chemin

La Voie Verte est une voie réservée aux déplacements non motorisés. Elle est sécurisée et uniquement empruntée par les piétons, les cyclistes, les rollers (lorsque le revêtement le permet), les cavaliers… Elle est accessible aux personnes à mobilité réduite. Les Voies Vertes sont souvent d’anciennes voies de chemin de fer ou des chemins de halage.

Une Véloroute emprunte des tronçons de route à faible circulation motorisée. Plus particulièrement destinée aux cyclistes, elle relie les régions entre elles, traversent les villes dans des conditions adaptées. Les Véloroutes permettent de joindre les Voies Vertes entre elles.

La Voie Verte n°7, la « trans-finistérienne »

La voie verte n° 7 (la V7) relie Roscoff au nord, à Rosporden au sud  du Finistère, soit environ 130km.
C’est également un tronçon de l’Eurovélo n°1  (une Véloroute européenne de 8200 km le long des côtes) reliant le nord de l’Europe (Norvège – Cap Nord) au Portugal (Sagres – au Sud), via l’Irlande et l’Angleterre. Elle fait également partie de la Vélodyssée (Roscoff à Hendaye –1200km , dès juin 2012). 

Le tronçon Morlaix-Roscoff (30.5 km)  se distingue par une première partie en véloroute cheminant de vallées ombragées en ria, jusqu’au Pont de la Corde. La seconde partie en Voie Verte vers l’ancien évêché de Saint-Pol de Léon avant de rejoindre Roscoff : la capitale des Johnnies et petite cité de caractère. Un arrêt au port de Bloscon pour jeter un œil aux ferries qui filent vers l’Angleterre et l’Irlande. Les panoramas sur la Baie de Morlaix sont extraordinaires.

Le tronçon Morlaix-Carhaix (48 km) est une ancienne voie de chemin de fer réhabilitée depuis 2008. Cette liaison, en sous-bois monte doucement vers les magnifiques paysages et les crêtes des Monts d’Arrée. Ensuite les vertes forêts et bocages accompagnent la descente vers Carhaix. Sur ce parcours, 2 reines vous accompagnent : votre vélo et la nature.

Un esprit de liberté

Pour une balade familiale d’une heure ou une randonnée de plusieurs jours, la Voie Verte permet de rencontrer un pays : un patrimoine et une nature intacte à l’écart des grands axes de circulation. Vos vacances se font plus lentes, plus respectueuses de l’environnement, plus économiques, et vous permet un lâcher prise sur votre quotidien, donc mémorables et avec un esprit de liberté retrouvé.

Simplifiez-vous le voyage !

Accessible en TGV (4 heures de Paris-Montparnasse), Morlaix, la cité du viaduc et du poète Tristan Corbière, mérite à elle seule que l’on s’y attarde. Ses venelles, maisons à Pondalez (unique en Europe), le Port, son Musée, le «Pavé morlaisien», … sa longue histoire et son patrimoine sont à découvrir.
Rien de tel que la tranquillité d’un vélo pour partir à la rencontre du « pays », de ces habitants. Vous pourrez louer votre vélo au Pavillon de la Randonnée, situé dans le centre ville au pied du viaduc (500m. de la gare), c’est le lieu de rencontre des randonneurs et le point de jonction Nord-Sud de la V7.

Carantec, la mer, la voile…

L’Homme et la mer : une relation sans fin, source d’inspiration de Baudelaire, Corbière et tant d’autres… Le Carantécois sur sa presqu’île, quant à lui, est bercé par les flots dès sa plus tendre enfance, vivant au gré des marées, tempêtes et embruns. Et c’est tout naturellement qu’il se tourne vers elle et cette baie, tellement redoutée et si difficile à apprivoiser, pour partir en quête de sensations et de liberté.
Prendre la mer… une expression qui scelle le destin d’une lignée de célèbres marins, partis de la Baie de Morlaix pour affronter les éléments et écrire la riche épopée maritime de la région.
Citons-en quelques-uns…

Armand Léon, un parcours maritime peu banal

Né à Callot en 1912, Armand Léon a inscrit son nom dans l’histoire maritime de Carantec au XXème siècle. Autres temps, autres vents… Quand les navigateurs se livrent aujourd’hui à une recherche de sponsors, ils se mettaient autrefois dans le sillage des grands capitaines d’industrie. Le Carantécois était en effet le skipper attitré du banquier Edmond de Rothschild. Son frère Robert régatait, quant à lui, pour l’éditeur Gallimard.

Avant d’être marins sur les yachts de milliardaires, Armand et Robert Léon appartenaient à la grande famille des goémoniers de Callot. Et c’est presque naturellement que l’on retrouve leur nom dans l’épopée du réseau Sibiril puisqu’à bord de l’Amity, un goémonier de 6.75m, ils conduisent le 14 février 1944, 22 évadés jusqu’à Falmouth, au terme d’une traversée de 22 heures et par forte tempête.

C’est en baie de Cannes que les deux frères Léon font la connaissance d’Edmond de Rothschild. « J’ai découvert la voile grâce à ces deux skippers carantécois… » a écrit par la suite celui-ci. Et quand la passion se mue en un grand rêve de mer, poussé par la puissance de la fortune, cela donne naissance à l’une des plus fabuleuses lignées de monocoques du siècle dernier, les « Gitana ». Couchers de soleil, rivages paradisiaques et beaux trophées vont ainsi ponctués la vie maritime d’Armand Léon. C’est à la barre du Gitana IV, par exemple, qu’il rafle tous les trophées dans les années 60, détenant notamment le record du Fastnet en Irlande pendant 19 ans, et qu’il dame le pion au passage à d’illustres concurrents comme Éric Tabarly et Gaston Deferre.

 Louis Bernicot, navigateur solitaire

Autre exploit remarquable réalisé en cotre cette fois, un peu plus tôt, par le commandant Louis Bernicot, navigateur solitaire parti à bord de son bateau de 12,5 m de long, l’Anahita, de Carantec le 26 août 1936. Il fut le premier navigateur solitaireà réussir la traversée du détroit de Magellan, faisant escale au Chili, puis à Tahiti, puis à la Réunion pour accoster au Verdon le 30 mai 1938.

Carantec, fief de la voile sportive

Les eaux de la baie de Morlaix doivent posséder des vertus insoupçonnées…

En 1968, au Championnat du Monde d’Optimist, 6 des 10 jeunes régatiers de l’équipe de France étaient des Carantécois ! Sportivement, depuis toujours, il y a eu des champions qui se sont formés ici. Et Carantec Nautisme, école des sports nautiques, de la découverte au perfectionnement, a vu de nombreux marins aujourd’hui compétiteurs au brillant palmarès, faire leurs premières armes dans la baie de Morlaix. Pour n’en citer que deux :

Jérémie Beyou, carantécois de cœur, en est l’exemple. Héros de cette année 2011, c’est avec conviction que nous l’avons suivi lors de sa victoire dans la course du Figaro et sur la Transat Jacques Vabre, qu’il remporta en 15 jours, 18 heures, 13 minutes et 54 secondes avec son ami Jean-Pierre Dick.

Le Saint Politain Armel Le Cléac’h, baigné depuis son enfance dans les courants de la baie, n’est pas en reste. Il a notamment remporté la Solitaire du Figaro à deux reprises (2003 et 2010) et fini deuxième du Vendée Globe 2008-2009 lors de sa première participation.

Bruno Jourdren, une course pour l’or aux Jeux Olympiques

Dans quelques mois, en septembre 2012, Carantec va vibrer à l’heure des Jeux Olympiques. Le skipper et régatier Bruno Jourdren, carantécois depuis 5 ou 6 générations, représentera la France aux Jeux Paralympiques de Londres, du 1er au 6 septembre prochain, avec l’or en ligne de mire… En attendant ce grand rendez-vous, ce marin aussi dynamique qu’éclectique prépare une saison de course au large, et dés qu’il a un moment de libre, prend plaisir à encadrer les graines de champions de Carantec en Optimist !

Ce compétiteur passionné au palmarès aussi long qu’impressionnant (Vice-champion du Monde en 1994, triple champion d’Europe et de France de First Class8, Champion de France de course au large en 1996, vainqueur de la Transat Ag2r en 1998, médailler d’argent aux Jeux Paralympiques de Pékin…), brigue toujours et encore les meilleures places sur tous les plans d’eaux du monde, et cela malgré la perte de l’usage de son bras droit il y a 32 ans.

Ce carantécois là n’a pas fini de transmettre sa joie de régater, que ce soit entre deux bouées ou entre deux continents… Mais il n’en oublie pas pour autant la baie de ses origines : « Mon lien le plus fort ici, c’est la baie, forcément… Elle est magnifique, riche. C’est là que j’ai appris à faire du bateau. Et j’ai beau la connaître par cœur, je suis toujours émerveillé par ce site. C’est une chance inouïe de pouvoir pratiquer son sport dans un tel cadre. Pour la balade, pour le plaisir, c’est extra aussi. On peut faire de super escales un peu partout sur la côte, sur les îles… l’évasion est totale. »

« Palmes, judo et Porcinet »…

Voilà un titre d’article bien intrigant pour évoquer la présence de l’École de Plongée de Plougasnou au Salon de la Plongée à Paris… Vous allez comprendre…

On plonge à l’ouest !

Lors de l’inauguration du Salon de la Plongée (13 au 16 janvier dernier), Monsieur David Douillet, Ministre des Sports, et Sandra Bessudo, Ministre de l’Environnement en Colombie, improvisent un arrêt sur le stand de l’École de Plongée de Plougasnou, apparemment intrigués par le petit cochon rose.

Questions croisées

David Douillet : « Sympa votre petit cochon et quel rapport avec la plongée en Bretagne ? »…
Dominique Le Strat (directeur de l’École de Plongée de Plougasnou) : « Peut être parce qu’il n’aime ni la chaleur, ni le soleil, et qu’il adore l’eau !!! »

Le stand « Moi je plonge à l’Ouest » était constitué de 18 structures bretonnes ayant pour objectif de faire découvrir à un large public les spécificités de la plongée sous-marine et de la randonnée palmée de notre région.

Et pour celles et ceux qui ont manqué cet évènement, vous pouvez retrouver l’équipe de l’École de Plongée au Port du Diben à Plougasnou, ils partageront avec vous les trésors marins de la Baie de Morlaix…

Un avant goût de ce qui vous attend sur YouTube :

Le tour de la pointe, balade incontournable de Locquirec

La presqu’ile de Locquirec a incontestablement le charme et la douceur décrits par de nombreux magazines, voyageurs et écrivains.

En flânant sur le port, avec ce moment pour seul bruit le vent dans les gréements, vous y découvrirez cette atmosphère si particulière.
Vous passerez devant l’église, actuellement en travaux, puis, apercevrez le mythique Grand Hôtel des Bains, qui a servi de décor au film « l’Hôtel de la Plage, tourné en 1977 par Michel Lang, et qui a contribué à la réputation de Locquirec.

Au début du sentier ne manquez pas la galerie d’Art contemporain, qui accueille actuellement l’exposition de Catherine Larré.

Accessible à tous, et depuis peu aux personnes à mobilité réduite, le sentier serpente entre les belles villas et les petites criques abritées aux noms évocateurs (la Palud, le Bilou, la roche tombée.) offrant une vue magnifique jusqu’à l’entrée de la côte de granit rose.

A l’emplacement d’une ancienne ardoisière, vous pourrez lire sur une stèle que Locquirec a connu un riche passé marchand, grâce à l’extraction de cette pierre de schiste bleu, encore visible aujourd’hui sur le bâti ancien. Vous terminerez cette agréable balade au dessus de la plage de Pors ar Villiec, spot de surf prisé.