La baie de Morlaix, reine du Vendée Globe !

Jeudi 19 janvier 2017 avant 17h : De la baie de Morlaix à un tour du monde à la voile en solitaire, il n’y a qu’un coup de vent ! C’est en tout cas ce que prouve Armel Le Cléac’h qui vient à l’instant de passer la ligne d’arrivée du Vendée Globe 2016-2017 après 74 jours passés en mer et en solo (un record !).

Lire la suite

Publicités

Voguez sur le Reder Mor, vieux gréement de la Baie de Morlaix

Durant la belle saison, embarquez sur le Reder Mor pour une découverte insolite de la plus belle baie de Bretagne. Laissez-vous tenter par ce vieux gréement et voguez à la force des voiles. Comme Yannick, conseiller en séjour à l’Office de tourisme de Morlaix, osez l’expérience ! Il nous livre son « J’ai testé pour vous une navigation à la voile traditionnelle en Baie de Morlaix ».

Lire la suite

Nicolas Troussel, un Plouganiste sur la Route du Rhum.

Inscrit à la dernière minute, Nicolas Troussel est le concurrent surprise de cette édition 2014 de la Route du Rhum. Et quel concurrent ! Arrivé second sur Class 40 lors de sa dernière participation en 2010, il a aussi remporté la Solitaire du Figaro en 2006 et 2008. Un palmarès qui fait du skipper originaire de Plougasnou un prétendant sérieux au titre de cette course prestigieuse.

Lire la suite

Maëlenn Lemaître, Locquirec a sa nouvelle championne de voile !

Portrait d’une championne révélée en juillet 2013 lors des championnats du monde juniors de 470 à La Rochelle. En vacances quelques jours, Maëlenn est de retour dans « son petit coin de paradis », à Locquirec. C’est à cette occasion que nous avons eu la chance de la rencontrer. Lire la suite

Vendée Globe: Armel Le Cléac’h se montre beau joueur

Arrivé dimanche aux Sables d’Olonne en deuxième position du Vendée Globe, Armel Le Cléac’h a salué la « super course » de François Gabart au terme de leur duel haletant, la comparant à une victoire « au cinquième set » dans un match de tennis. Lire la suite

Vendée Globe 2012 : les skippers de la baie de Morlaix sont dans la course !

Dernières news

Le 20 novembre, Jérémie Beyou est contraint d’abandonner la course. Victime d’une quille défectueuse, le navigateur carantécois arrête sa course au Cap Vert. C’est la deuxième fois que ça lui arrive : le Vendée Globe est parfois cruel.
Souhaitons bonne chance à Armel Le Cléach’, en tête de la course à cette heure ! Lire la suite

Jardin des Mers de Carantec : aux inscriptions moussaillons !

Né d’un partenariat entre le service Jeunesse et Carantec Nautisme, le Jardin des Mers est désormais devenu une activité incontournable pour les enfants âgés de 4 à 6 ans à Carantec !  Lire la suite

Carantec, la mer, la voile…

L’Homme et la mer : une relation sans fin, source d’inspiration de Baudelaire, Corbière et tant d’autres… Le Carantécois sur sa presqu’île, quant à lui, est bercé par les flots dès sa plus tendre enfance, vivant au gré des marées, tempêtes et embruns. Et c’est tout naturellement qu’il se tourne vers elle et cette baie, tellement redoutée et si difficile à apprivoiser, pour partir en quête de sensations et de liberté.
Prendre la mer… une expression qui scelle le destin d’une lignée de célèbres marins, partis de la Baie de Morlaix pour affronter les éléments et écrire la riche épopée maritime de la région.
Citons-en quelques-uns…

Armand Léon, un parcours maritime peu banal

Né à Callot en 1912, Armand Léon a inscrit son nom dans l’histoire maritime de Carantec au XXème siècle. Autres temps, autres vents… Quand les navigateurs se livrent aujourd’hui à une recherche de sponsors, ils se mettaient autrefois dans le sillage des grands capitaines d’industrie. Le Carantécois était en effet le skipper attitré du banquier Edmond de Rothschild. Son frère Robert régatait, quant à lui, pour l’éditeur Gallimard.

Avant d’être marins sur les yachts de milliardaires, Armand et Robert Léon appartenaient à la grande famille des goémoniers de Callot. Et c’est presque naturellement que l’on retrouve leur nom dans l’épopée du réseau Sibiril puisqu’à bord de l’Amity, un goémonier de 6.75m, ils conduisent le 14 février 1944, 22 évadés jusqu’à Falmouth, au terme d’une traversée de 22 heures et par forte tempête.

C’est en baie de Cannes que les deux frères Léon font la connaissance d’Edmond de Rothschild. « J’ai découvert la voile grâce à ces deux skippers carantécois… » a écrit par la suite celui-ci. Et quand la passion se mue en un grand rêve de mer, poussé par la puissance de la fortune, cela donne naissance à l’une des plus fabuleuses lignées de monocoques du siècle dernier, les « Gitana ». Couchers de soleil, rivages paradisiaques et beaux trophées vont ainsi ponctués la vie maritime d’Armand Léon. C’est à la barre du Gitana IV, par exemple, qu’il rafle tous les trophées dans les années 60, détenant notamment le record du Fastnet en Irlande pendant 19 ans, et qu’il dame le pion au passage à d’illustres concurrents comme Éric Tabarly et Gaston Deferre.

 Louis Bernicot, navigateur solitaire

Autre exploit remarquable réalisé en cotre cette fois, un peu plus tôt, par le commandant Louis Bernicot, navigateur solitaire parti à bord de son bateau de 12,5 m de long, l’Anahita, de Carantec le 26 août 1936. Il fut le premier navigateur solitaireà réussir la traversée du détroit de Magellan, faisant escale au Chili, puis à Tahiti, puis à la Réunion pour accoster au Verdon le 30 mai 1938.

Carantec, fief de la voile sportive

Les eaux de la baie de Morlaix doivent posséder des vertus insoupçonnées…

En 1968, au Championnat du Monde d’Optimist, 6 des 10 jeunes régatiers de l’équipe de France étaient des Carantécois ! Sportivement, depuis toujours, il y a eu des champions qui se sont formés ici. Et Carantec Nautisme, école des sports nautiques, de la découverte au perfectionnement, a vu de nombreux marins aujourd’hui compétiteurs au brillant palmarès, faire leurs premières armes dans la baie de Morlaix. Pour n’en citer que deux :

Jérémie Beyou, carantécois de cœur, en est l’exemple. Héros de cette année 2011, c’est avec conviction que nous l’avons suivi lors de sa victoire dans la course du Figaro et sur la Transat Jacques Vabre, qu’il remporta en 15 jours, 18 heures, 13 minutes et 54 secondes avec son ami Jean-Pierre Dick.

Le Saint Politain Armel Le Cléac’h, baigné depuis son enfance dans les courants de la baie, n’est pas en reste. Il a notamment remporté la Solitaire du Figaro à deux reprises (2003 et 2010) et fini deuxième du Vendée Globe 2008-2009 lors de sa première participation.

Bruno Jourdren, une course pour l’or aux Jeux Olympiques

Dans quelques mois, en septembre 2012, Carantec va vibrer à l’heure des Jeux Olympiques. Le skipper et régatier Bruno Jourdren, carantécois depuis 5 ou 6 générations, représentera la France aux Jeux Paralympiques de Londres, du 1er au 6 septembre prochain, avec l’or en ligne de mire… En attendant ce grand rendez-vous, ce marin aussi dynamique qu’éclectique prépare une saison de course au large, et dés qu’il a un moment de libre, prend plaisir à encadrer les graines de champions de Carantec en Optimist !

Ce compétiteur passionné au palmarès aussi long qu’impressionnant (Vice-champion du Monde en 1994, triple champion d’Europe et de France de First Class8, Champion de France de course au large en 1996, vainqueur de la Transat Ag2r en 1998, médailler d’argent aux Jeux Paralympiques de Pékin…), brigue toujours et encore les meilleures places sur tous les plans d’eaux du monde, et cela malgré la perte de l’usage de son bras droit il y a 32 ans.

Ce carantécois là n’a pas fini de transmettre sa joie de régater, que ce soit entre deux bouées ou entre deux continents… Mais il n’en oublie pas pour autant la baie de ses origines : « Mon lien le plus fort ici, c’est la baie, forcément… Elle est magnifique, riche. C’est là que j’ai appris à faire du bateau. Et j’ai beau la connaître par cœur, je suis toujours émerveillé par ce site. C’est une chance inouïe de pouvoir pratiquer son sport dans un tel cadre. Pour la balade, pour le plaisir, c’est extra aussi. On peut faire de super escales un peu partout sur la côte, sur les îles… l’évasion est totale. »

Portrait : Sept apprentis matelots au Jardin des Mers de Carantec

Jean, Hugo, Julien, Cannelle, Élise, Perrine et Gabrielle sont sept jeunes moussaillons, tout juste âgés de 6 ans pour les plus grands, qui nous embarquent dans la folle aventure du Jardin des Mers ! Larguez les amarres et tenez-vous prêts, car cette petite bande a le bon pied marin !

Au contact de l’élément « mer »

Carantec, jeudi matin, nous les rejoignons, lors de leur 4ème demi-journée de stage, et chacun a déjà ses petites habitudes : à leur arrivée, les filles se mettent au coloriage et les garçons se ruent vers les bateaux de pirate !
À 9h30, tout le monde est là et il est déjà temps de s’habiller : enfiler la combinaison néoprène et le gilet de sauvetage n’a plus aucun secret pour eux. Les règles maritimes sont également connues : « On doit utiliser le sifflet du gilet seulement en mer, en cas d’urgence » indique Hugo, malgré la tentation d’y souffler un peu !
Charlène, l’une des deux animatrices chargées du Jardin des Mers, mène la petite troupe jusqu’à la plage où Malo, moniteur du centre nautique, nous y attend. Le bateau moteur ainsi que deux bateaux de type Walker Bay, sont prêts à nous accueillir.
Quel est le programme de cette matinée ? « Nous allons poser un casier de pêche au large, puis, suivant le vent qui tarde un peu à se lever, nous allons pratiquer la voile près du Château du Taureau » explique Charlène. Il faut dire que les « loustics » ne sont pas à leur premier coup : depuis lundi, à raison d’une séance de 3h par jour, ils découvrent le nautisme à travers des jeux et des activités très ludiques. « L’objectif n’est pas de les assommer de connaissances mais bien de les familiariser au milieu marin, de lever les peurs éventuelles liées à l’eau et de découvrir le milieu nautique, tout en suivant le rythme de chaque enfant  ».

Le Jardin des Mers, au jour le jour

Lundi, les moussaillons se sont donc doucement adaptés à leur environnement avec une présentation de la baie en bateau afin de faciliter l’orientation : la plage du Kelennl’île Callot ou encore le Château du Taureau, chacun sait où sont situés les éléments majeurs qui composent la baie.
Des jeux d’équipe ont également permis de rapprocher les enfants, de tester leur équilibre et de les habituer au contact de la mer.
Mardi, les activités manuelles (réalisation du nœud de huit, accastillage…) ont laissé place à la pratique ! Après la découverte des éléments de leur bateau et de son fonctionnement, les enfants ont pris le large avec une assurance surprenante !
Mercredi, c’est le jour de la pêche à pied. Bigorneaux, palourdes, coques, crabes et petits poissons, tous sont passés sous la loupe de nos experts ! L’aquarium du Jardin des Mers témoigne de la pêche du jour et permet une observation de la faune et de la flore tout au long de la semaine.
Et le jeudi, c’est au tour de la pose du casier ! Nous y revoilà ! « Alors, que va-t-on trouver dans le casier ce matin ? » « Une belle araignée ! » « Un gros crabe ! » L’effet de surprise est total lorsque Malo procède à la levée du casier ! Mais malheureusement, la pêche du jour est infructueuse… C’est sans compter sur Charlène qui a prévu deux têtes de poisson qui serviront d’appât jusqu’à la prochaine levée. « Et que fait-on du sac poubelle qui contenait le poisson ? ». Les activités quotidiennes sont également l’occasion d’aborder des thèmes divers et variés et de sensibiliser les enfants à l’environnement.
Le vent ne s’étant pas réveillé ce matin, une dose d’improvisation transforme la séance de voile en partie de « boat soccer » ou l’art de jouer au ballon en déplaçant le bateau à la rame ! Après un petit tour au pied du Taureau qui exalte l’imagination des pirates à l’abordage du fort contre vent, marée et jets de canons, il est déjà temps de revenir sur terre. Le temps de se changer et les parents affluent dans l’attente du récit de la journée : toutes les anecdotes vont y passer !
La fin de semaine est le rendez-vous donné pour une grande chasse aux trésors, qui sera l’occasion de restituer les apprentissages de la semaine tout en s’amusant.
Et à l’aboutissement de celle-ci, chacun recevra une récompense bien méritée : « Le diplôme du petit matelot » ! Mais chut, ça ils ne le savent pas encore !

Le principe :

Le Jardin des Mers est né d’un partenariat entre le Service Enfance Jeunesse et Carantec Nautisme pour proposer une activité adaptée au jeune public. L’équipe d’animation accompagne vos enfants de 4 à 7 ans pour une découverte du milieu marin et une initiation au nautisme tout en douceur ; l’école de voile s’occupe spécialement de la partie nautique.

Un lieu adapté pour l’apprentissage :

La presqu’île de Carantec est abritée par les îles et îlots de la baie et offre un espace propice à la navigation et à la découverte du milieu marin. L’aménagement des locaux du Jardin des Mers, situés derrière la plage du Kelenn et à proximité du centre nautique, est adapté à l’accueil de jeunes enfants : décoration, ambiance et sécurité y sont mêlés.
Un temps en mer, un temps à terre : Les activités sont organisées à la demi-journée selon les conditions météorologiques et le rythme des marées en privilégiant le temps sur l’eau. Il n’est pas nécessaire que l’enfant sache nager pour participer aux activités.
Un programme pédagogique adapté pour une initiation tout en douceur : Lever les peurs liées à l’eau et découverte du milieu nautique (jeux d’équilibre, jeux de pagaies), Navigation sur différents supports, Découverte de l’environnement Carantécois (vie de l’estran, faune et flore, balisage, pose d’un casier de pêche…), Activités manuelles, nœuds, accastillage…
Une activité adaptée, en toute sécurité  : Toutes les activités sont encadrées par des personnes diplômées et s’organisent en collaboration avec le poste de secours. Les animateurs sont diplômés du BAFA et de l’AFPS (diplôme de premier secours). Les moniteurs encadrant les activités nautiques possèdent un diplôme de moniteur de voile.

Pratique :

Les formules :

– stage de 5 demi-journées en alternance, du lundi au vendredi, le matin ou l’après-midi : 100€

– Inscription à la demi-journée (il est préférable de s’inscrire la veille de l’animation) : 20 €

– Réductions : 5% pour le 2ème stage, 10% pour le 3ème et 15% à partir du 4ème stage réalisé par une personne ou plusieurs en lien de parenté direct.

Tenue : Combinaison néoprène intégrale, gilet de sauvetage et casque fournis. Prévoir des chaussures pouvant aller dans l’eau et une serviette de bain.

Horaires :
Le matin : 9h30 – 12h30
L’après-midi : 14h30 – 17h30
Permanence au Jardin des Mers, plage du Kelenn : 02 98 67 01 12